La Tribu des Dresseurs d'eau

« - Travaille-moi donc cette peau, p'tit gars, elle est pas assez propre à mon goût, fit le maître tanneur en crachant dans la rivière d'un geste peu gracieux. Et qu'ça saute, p'tit gars, on a pas toute la journée, nom d'un kami sans poils ! Manquerait plus qu'un d'ces voyous bon à rien d'Trykers vienne te botter l'train arrière en te piquant tes dappers, » marmonna-t-il en s'éloignant du point d'eau.

C'était une belle journée qui avait débuté. Le matin frais présageait un après-midi brûlant sous la chaleur oppressante du désert, ce qui favorisait mon travail d'apprenti tanneur de la Tribu des Dresseurs d'Eau. Mais qui disait chaleur disait soif, et les herbivores ne tarderaient pas à arriver en masse au point d'eau. Et qui dit herbivores dit prédateurs... Mais pour l'heure, il suffisait de ne pas y penser. Je travaillais depuis plus de deux heures la même peau de varinx en la frottant avec des copeaux de bois de tama. Au bout de ces deux heures largement dépassées, la peau n'était pas « parfaite » comme le voulait le maître tanneur, ma réserve de copeaux pour la journée était presque épuisée, sans parler des échardes que je collectionnais au creux de ma main. Quant à l'eau de l'oasis, elle commençait sérieusement à devenir sale et donc inutilisable. L'appel pour la pause retentit et j'eus un moment de panique. Après la pause, le maître tanneur repasserait me voir et mon travail n'ayant pas avancé d'un poil, il se ferait un malsain plaisir à me remonter les braies.

...

Cela faisait deux semaines qu'on avait reçu cette commande du palais impérial pour refaire la chambre du petit Dexton. Descente de lit en peau de varinx. Mais pas le modèle standard, ni le modèle de base, bien entendu. Et quand ce n'était pas des commandes pour des produits hautement luxueux comme ceux que l'on avait la charge de produire, l'Empire nous commandait des armures lourdes. Mais à ce moment là, maints soupirs m'échappaient en regardant l'état de la peau impropre qui m'était tombée dessus. Je n'arrivais strictement à rien avec ces peaux de varinx, sans parler des taches de graisse sur le pelage. Et le tout pour une mission à accomplir rapidement. Toute la tribu s'activait depuis ces deux semaines. Tentures, vêtements, divers tapis... Il fallait faire de tout pour un être qui un jour serait l'Empereur du peuple Fyros, notre Empereur. Et chaque jour, l'eau était un peu plus viciée, marronnâtre. L'air était un peu moins respirable et le vent n'arrangeait pas les choses. Certains disaient que l'orage allait éclater. Je l'attends toujours.

L'après-midi, comme prévu, fut chaud et brûlant. Mais rien n'aurait pu m'empêcher de finir ma douloureuse tâche après la violente correction offerte gracieusement entre deux chicots de la part du maître tanneur. Généreux il était. Je finis par enfin réussir à nettoyer correctement la peau, comme il le fallait, et, fier de mon travail, relevais la tête pour regarder les troupeaux d'herbivores s'abreuver au bord de l'eau. Mais là, rien. Rien de chez rien. Pas l'ombre d'un herbivore. Pourtant, l'astre du jour était haut dans le ciel et les bestiaux auraient dû se trouver en ces lieux. Oui, mais non. Plus tard, je m'étonnerai du fait de n'avoir vu aucun prédateur non plus. Etrange.

« - Hé Xerc', fit mon amie matisse de deux années de Jena ma cadette, t'as r'marqué ? Trois jours qu'on a pas vu d'brouteur ni d'bouffeur d'mektoub ! Moi j'parie qu'le Ma-Duk, et ben 'y va nous tomber d'ssus ! »
Jeune sot énamouré que j'étais, je souris bêtement à la petite homine au visage brûlé par le soleil du Désert tout en mangeant mon brouet infect. « Pas l'temps » disait le maître tanneur, il fallait se contenter de rations quasi-militaires immangeables pour finir la commande impériale dans les temps. Et l'absence des herbivores ne facilitait pas les choses. Je soupirais encore une fois, sans prêter attention aux chuchotements qui se propageaient dans le campement de la tribu. Au bout d'un moment, les chuchotis se turent et, intrigué, je sortis ma tête du plat infect que l'on était obligé d'ingurgiter et manquais de justesse de m'étouffer avec une infecte bouchée de brouet.

« - Est votre métier bien, tanneur, mais pas de respectueuse Nature. Il faut arrêter activité polluante votre car animaux plus veulent boire dans l'Oasis d'Oflovak et mourir desséchés sont dans le désert en train. Sont les Kamis attristés par morts ces par centaines ! Vous comprennez ? Devriez-vous. »
Deux sentinelles se dressaient majestueusement devant un maître tanneur de la tribu des Dresseurs d'Eau très pâle et peu fier. Les yeux mauves reflétant une immensité insondable fixaient l'homin avec une froideur peu engageante.
« - Mais, ... Nous avons des délais très courts imposés par le Palais de Pyr, et ...
- Silence fais tu, homin, n'est l'eau pas bonne pour vie. Pas de vie, pas vous de sur Atys. Vous arrêter votre travail devez jusqu'à ce que l'eau bonne soit et buvable aussi. Sinon Ma-Duk punir vous pourra décider. »
Le pauvre maître tanneur perdait consistance comme neige de forêt au soleil du désert. J'en eus presque de la peine pour lui, mais comprenais que s'il décidait d'arrêter la production, nous risquions de perdre le marché, notre renommée et beaucoup de choses encore. Peu de temps après, les kamis partirent, non sans un rappel de nos devoirs d'homins envers eux.

La journée passa au ralenti, chacun errant d'un plan de travail à un autre. La présence des kamis ne présageait rien de bon et des aveux à mi-voix parcouraient le campement, comme s'ils étaient dans l'attente d'un jugement divin. Au soir, le maître tanneur rassembla la tribu à la lueur d'un feu de camps et annonça sa décision : ils n'arrêteraient pas ce qui touchait au travail de rivière, que les eaux se purifieront d'elles-même et que les herbivores finiront bien par revenir, stupides bestioles qu'elles étaient. Certains jurèrent, prièrent, pleurèrent, mais le maître était le maître.

Je fus parmi les cinq membres de la Tribu des Dresseurs d'Eau à me dresser contre le maître tanneur. Tous réclamaient le droit de se battre contre lui afin de savoir s'il était toujours digne de diriger les opérations. Si l'un d'entre nous gagnait, nous pouvions faire ce que nous voulions, et le maître tanneur se ferait bannir de la tribu. L'inverse marchait aussi. Les quatre autres avaient tous échoué et leurs espoirs reposaient sur moi. Si je gagnais, ils resteraient. Si je perdais... Nous serions bannis. Toute la tribu assistait à la lutte. Elle ne dura pas longtemps. Je glissais sur une sorte de peau tannée à terre et entraînais mon adversaire déjà fortement fatigué dans ma chute avec moi, et Ma-Duk sait comment, je me retrouvais au-dessus de lui. Au-dessus de tous les membres de la Tribu. Humilié, le maître tanneur s'enfuit et ma première décision fut d'arrêter tout travail de rivière. Tant pis si nous prenions du retard, les Kamis n'ont pas à être mécontents.

Finalement, la commande fut honorée avec seulement quelques semaines de retard et ma tribu fut largement récompensée. Nous entretenons depuis d'excellents rapports avec le Palais Impérial dans tout ce qui touche au cuir. J'espère que mon fils Boeseus sera mon digne successeur.

Mémoires de Fyre, de Xercus Xalon, de la Tribu des Dresseurs d'Eau.

Also available in: HTML TXT