Yi Be-Pian Vieux Zoraï de la Compagnie de l'Arbre Éternel

Date: autour de 2529, avant la Guerre des Temples

Nous avons voyagé jusqu'au fin fond du Havre de pureté pour rencontrer les homins d'une des tribus les plus importantes de l'Écorce, la Compagnie de l'Arbre Éternel. Après avoir pris contact avec Bian La-Viang, l'hôte d'accueil, celui-ci nous a finalement orienté vers un vieux Zoraï voûté au-dessus d'une poterie.

Bonjour, qui êtes-vous ?
Chht… Un instant je vous prie…

Il tapota encore le vase encore un moment avant de le reposer.
…Voilà, n'est-ce pas mieux ainsi ? Merci d'avoir attendu. Grande est la vertu de la patience. Qu'est-ce que quelques minutes quand on a mon âge ? Sans doute pas plus que ma vie à l'échelle de celle du Géniteur… On m'appelle Yi Be-Pian. On me dit sage. Mais sans doute n'est-ce qu'une façon polie de dire que je suis le doyen de la Compagnie de l'Arbre Éternel.(sourire)

Parlez-nous de la Compagnie. À quand remonte sa fondation ?
Je ne suis quand même pas assez vieux pour l'avoir vécu car notre compagnie fut créée par la révérée Mai Loo-Kai, puissions-nous tous suivre son exemple, au cours des années 2364. Peu aiment à se souvenir de cette période. La société zoraï s'était développée, et malgré son dévouement aux choses de l'esprit, elle commençait à se détourner des Kamis pour s'occuper de problèmes bien plus… matériels. Voyant les Zoraïs faire passer de plus en plus souvent les homins avant les Kamis, Mai Loo-Kai, que son esprit puisse encore nous guider longtemps, rassembla autour d'elle plusieurs de ses amis et décida de fonder une guilde entièrement dédiée aux Kamis. Dans sa grande sagesse, le conseil applaudit son initiative et lui apporta tout son soutien. Mai Loo-Kai créa donc la Compagnie de l'Arbre Éternel. Avec ceux qu'on appela bientôt ses disciples, elle prêcha le respect des Kamis et rappelait régulièrement à l'ordre les Zoraïs.

Mais n'êtes-vous pas une tribu ?
Ma-Duk n'a pas créé Atys en un jour, je ne peux raconter mon histoire en un battement de sève. (sourire) Il arriva donc un jour où Mai Loo-Kai, que sa sève coule dans les veines de Ma-Duk, réalisa que ceux qui se disaient sages, ne suivaient pas les conseils qu'ils l'encourageaient à donner. Elle se tourna alors vers eux et leur adressa également ses remontrances. Ils n'apprécièrent guère de se faire rappeler à l'ordre. Les ennuis commencèrent pour la guilde. Le conseil commença à la critiquer, l'accusant de chercher à semer le trouble dans le but d'obtenir le pouvoir pour elle-même. Beaucoup commencèrent à douter. Sentant que si elle restait à Zoran, le pouvoir des homins finirait par corrompre sa guilde et ses idéaux, Mai Loo-Kai rassembla ceux qui lui étaient restés fidèles, dissout la guilde et partit s'établir loin de l'autorité du conseil qui pervertissait son noble dessein.

Et le pouvoir central de Zoran la laissa tranquille ?
Mai Loo-Kai, louée soit sa sagesse, cessa ses prêches, préférant consacrer toute son énergie à ceux qu'elle révérait, les Kamis. Elle prouva ainsi que le conseil avait tort et l'exemple de son dévouement eut plus d'effet sur la société zoraï que tous ses prêches. En se désintéressant des homins elle les ramena dans la voie de l'illumination. Le conseil lui demanda honteux de revenir, mais elle refusa.
Nulle part à Zoran elle n'aurait pu vivre dans une telle symbiose avec les Kamis. Elle disparut peu de temps après, première à avoir atteint l'Âge Kami. Sa sève ne fait plus qu'une avec Ma-Duk. Bientôt je le sais, ce sera mon tour de le rejoindre.

En observant votre camp, je m'interrogeais. Nombre de peuples sont présents ici, or vous ne m'avez parlé que de Zoraïs…
L'observation. Une grande qualité pour qui sait voir. Mon peuple resta longtemps replié sur lui-même par peur mais aussi je le crois, par ignorance, l'ignorance l'ayant conduit à la vanité. Mais quand les Kamis nous reconnurent comme leurs plus fidèles serviteurs, nous fûmes amenés à porter la parole sacrée de Ma-Duk à d'autres peuples. Rencontrant des âmes désireuses de suivre notre voie, nous ouvrâmes nos portes à tous les homins que les Kamis désignaient comme dignes de servir. Puis vint la grande vague kitin qui balaya toute civilisation… y compris beaucoup des nôtres. Les Kamis fuirent… pour mieux revenir plus tard après avoir rassemblé leur force, comme nous le comprîmes plus tard.

Quand l'Écorce nous fut de nouveau accessible, nous avons repris notre place auprès des Kamis en 2483. La tribu avait perdu beaucoup de ses membres. Nous ouvrîmes alors largement nos bras à tous ceux qui souhaitaient reconstruire un monde d'harmonie avec les Kamis, qu'ils soient Zoraïs, Trykers, Fyros ou Matis. Il est temps pour moi de faire mes dévotions à l'éternel Ma-Duk…. Retenez ces questions qui vous brûlent, les réponses viendront en leur temps.

Je laissais Yi Be-Pian à sa méditation et en profitais pour m'imprégner de l'atmosphère de calme qui régnait dans la tribu.

* * *

Observant silencieusement le camp, je ne vis pas tout de suite Yi Be-Pian s'asseoir près de moi. Avec un sourire, il brisa finalement le silence.
Votre respect de nos traditions vous honore. Il semble qu'aujourd'hui n'est pas encore le jour de mon retour à Ma-Duk. Certaines de vos questions vont donc encore trouver leur réponse.

Il y a quelque chose qui m'échappe. Vous ne jurez que par les Kamis et pourtant vous ne semblez pas entretenir de rapport trop conflictuels avec les Matis.
Si nous condamnons leur tendance à favoriser la Karavan, puisse-t-elle être engloutie par la Goo, nous respectons leur amour des plantes et les recherches qu'ils mènent en ce sens. Nous espérons seulement un jour leur ouvrir les yeux et les convaincre d'utiliser leur immense science pour le bien des Kamis et la lutte contre la Goo. Non, ceux qui nous apparaissent comme véritablement inconscients sont les Fyros. Ils sont pires que des enfants. Nous ne pouvons tolérer que leur gouvernement accepte leurs jeux dangereux avec le feu. Ils se disent dévoués aux Kamis, mais comme les sages d'autrefois, ils font passer leurs intérêts personnels avant ceux d'Atys.

Comment devient-on digne de servir les Kamis dans la Compagnie ?
Les Kamis seuls décident. Ceux qui respectent le plus fidèlement les règles sacrées et apprennent à connaître tous les Kamis ont l'immense honneur d'être choisis pour les servir. Autrefois, du temps où la tribu était respectée à sa juste valeur, ceux-ci étaient considérés par tous comme des êtres sacrés et bien qu'il existât plusieurs ordres religieux, la Compagnie de l'Arbre Éternel était considérée comme l'élite et nous étions regardés comme les plus pieux d'entre les pieux.

Comment servez-vous les Kamis ?
Il existe mille façons de servir les Kamis. Leur vouer nos prières ou simplement s'occuper d'un coin de terre c'est déjà les honorer. La tribu prend toutefois plus à cœur de répandre les enseignements de Ma-Duk, que sa sève coule éternellement, et de sensibiliser les homins à la sauvegarde d'Atys. Ceux qui ont été choisis pour servir directement les Kamis ont l'honneur de servir en tant que porte-parole.
Ils partent vivre avec les Kamis afin de se familiariser à leur mode de vie et ainsi mieux appréhender leur langage. Ces élus seront les premiers à atteindre l'Âge Kami, j'en suis sûr car mieux que quiconque ils sont à même de comprendre la parole qu'ils nous rapportent. Notre dévouement demande également beaucoup d'actions concrètes pour la sauvegarde d'Atys. Nous travaillons le sol pour en retirer les choses néfastes ou au contraire ressemer les gisements épuisés par des foreurs peu scrupuleux. Enfin nous tâchons de protéger Atys de ses ennemis les plus dangereux. La Karavan et les homins qui se sont abaissés à les servir, la Kuilde. Un de nos campements se trouve justement dans le Nexus afin de tenter de restreindre leurs actions néfastes.

Mais pourquoi dans le Nexus ?
Voilà que vous recommencez à questionner avant de réfléchir… Réfléchissez à la situation géographique du Nexus que la présence de trois vortex renforce... Vous voyez, les réponses sont parfois plus proches qu'on ne le croit, il suffit juste de prendre la peine d'y réfléchir. Le Nexus a une position centrale sur Atys. Nulle part ailleurs vous n'êtes aussi proche de toutes les régions à la fois. La Kuilde cherche ainsi à renforcer son contrôle sur les ressources de tout Atys et en particulier des Primes supérieures. La Karavan se souciant peu de l'équilibre d'Atys, nous nous devons de l'empêcher de dévaster ces régions par le biais des ragus puants qui lèchent ses bottes, la Kuilde.
Enfin au moins, en se concentrant sur le Nexus, ils nous laissent tranquilles pour mener nos recherches concernant notre ultime ennemie, la Goo.

Parlez-moi de la lutte contre la Goo. Comment se fait-il que depuis le temps que les Kamis la connaissent, ils n'aient pas trouvé de moyen de l'éradiquer ?

Les Kamis sont impuissants à lutter contre elle. Ils y sont de plus extrêmement vulnérables. J'ai moi-même vu de mes propres yeux un Kami être englouti par la Goo avant que je n'eusse le temps d'intervenir. Non, je vous le dis, c'est à nous de les protéger. Saviez-vous que les homins ont une meilleure résistance à la Goo que la plupart des autres créatures vivantes ? Nos dernières observations semblent l'attester. Ainsi les Kamis protègent Atys et nous, nous protégeons les Kamis. L'équilibre est en toute chose.

Comment expliquez-vous que la Goo ne soit présente de façon persistante que dans la jungle ?
Malgré toutes nos recherches, nous n'avons malheureusement pas trouvé la réponse à cette question. Toutefois nos plus récentes observations tendent à nous faire penser que si la Goo gangrène Atys précisément dans la jungle, peut être est-ce dû à la plus grande présence de végétaux. La Goo s'attaque à tout ce qui vit. Si elle s'en nourrit, il est logique qu'elle s'installe là où la vie est la plus florissante…

Le conflit qui s'annonce ne risque-t-il pas de compromettre votre lutte contre la Goo ?
Nous le craignons en effet. Toutes nos forces seront mobilisées pour défendre Ma-Duk, révéré créateur de toute chose, ce qui nous empêchera de réguler la Goo. À cela s'ajoute notre crainte de voir la Karavan tenter de l'utiliser pour s'attaquer aux Kamis accélèrant ainsi la fin d'Atys. Espérons que nous arrêterons ces fanatiques avant qu'ils n'arrivent à de telles extrémités. Quelque part je suis heureux de savoir que je rejoindrais bientôt Ma-Duk. Je n'ai plus la force de prendre les armes et assister impuissant à un événement qui s'annonce comme un tournant majeur dans l'histoire de l'hominité me rongerait l'âme. Puissé-je atteindre l'Âge Kami avant l'arrivée de Jena !

Also available in: HTML TXT