Histoire d'un jeune Corsaire - troisième partie

Bremmen n’avait jamais eu aussi faim de sa vie quand il parvint en vue du camp des Cuzans. Sa Flunker ne lui servait à rien depuis qu’il avait traversé le vortex : les créatures de la région étaient si rapides qu’il pouvait à peine les viser. Il avait donc opté pour un déplacement lent et précautionneux pour éviter toute mauvaise rencontre comme il s’était habitué à le faire quand il avait rejoint les Vents du Songe.

Il regarda les Cuzans longuement. Ils ressemblaient beaucoup à des Cutes, finalement... aussi Bremmen préféra rester un peu en retrait au cas où ils soient aussi dangereux que leurs pairs. Mais son estomac le tiraillait et commençait même à faire quelques bruits étranges. Quelques minutes plus tard, un Cuzan vint à lui lentement en tendant de gros fruits. Quelle surprise ce fut pour le jeune homin : ils n’avaient pas le même comportement que les Cutes qu’il avait rencontrés jusqu’ici. Ceux-là n’étaient pas agressifs, et par dessus tout, leur attitude était proche de celle des homins.

- Bonjour Tryker. dit le Cuzan. Tu sembles avoir faim, mange ces quelques fruits et viens. Suis moi jusqu’au camp.

Bremmen engloutit les fruits comme s’il n’avait pas mangé pendant des semaines... Ce qui n’était d’ailleurs pas très loin de la réalité. Rassuré, il suivit le petit Cuzan jusqu’au camp. Quelques autres créatures de la tribu se rassemblèrent alors autour de lui, et commencèrent à fouiller dans ses affaires. Notre Tryker prit le livre qui semblait les intéresser plus particulièrement.

- Vous le voulez ? demanda-t-il.

- Oui ! C’est un livre, il y a des connaissances dedans !

- Prenez-le, il est à vous. En échange des fruits... répondit Bremmen en souriant.

- Merci Tryker. Prends ces fruits, et ces baies. Pour te remercier.

A cet instant là, Bremmen était bien plus heureux d’avoir de la nourriture qu’un livre. En plus, il pourrait racheter le livre à Fairhaven, où il l’avait trouvé la première fois. Une transaction des plus lucratives. Les Cuzans, de leur côté, se regroupèrent autour du livre. Quelques uns tentèrent de le déchiffrer quand l’un d’eux, plus âgé, le prit et le rangea. Sans doute le chef, mais Bremmen n’en était pas sûr et ne voulut pas enquêter pour le moment : il était trop affairé à profiter de son repas frugal.

Notre Tryker resta près d’une semaine avec les Cuzans. Il apprit beaucoup d’eux, les différentes baies qu’ils aimaient, celles qu’ils refusaient de goûter, conformément à ce que Derren lui avait demandé. Ils étaient si reconnaissants pour le livre qu’il leur avait offert qu’ils l’avaient même entraîné sur les points où il y avait des fruits et de la nourriture tandis que Bremmen ne tarissait pas de questions. Finalement, une fois qu’il eut tout consigné, il décida qu’il était temps de retourner voir l’éclaireur.

Sur le chemin du retour, il se camoufla pour éviter autant que possible les carnivores. Il le fit d’ailleurs si bien qu’il passa inaperçu des deux Matis qui s’étaient rencontrés à moins de 20m de lui ; il pouvait même entendre leur conversation.

- Bienvenue.

- Salutations.

- Tout est-il en ordre ?

- Oui. Ils arriveront dans une semaine exactement, et nous attaquerons l’avant poste ce Quinteth, après le coucher du soleil.

- Parfait. L’effet de surprise ne leur laissera aucune chance de résistance. Nous nous reverrons Quinteth.

- Au revoir.

L’un des Matis se retira pour mieux être remplacé par un autre, quelques minutes plus tard.

- Bienvenue.

- Salutations.

- Tout est en ordre. L’avant poste sera pris Quinteth, dans une semaine, au coucher du soleil.

- Nos troupes devraient se séparer avant, afin d’être moins aisément repérables. - Bien sûr. J’ai déjà ordonné aux miennes de faire ainsi. - Les miennes viendront des Vents du Songe. Nous nous séparerons en entrant dans les Lagons de la Loria : la moitié d’entre nous se dirigera droit vers le nord, et l’autre ira vers le sud-est. - Et qu’elles se rassemblent toutes au bon moment, pour que nous soyons prêts à les vaincre. C’est tout ce que je veux, et ce pour quoi je suis payé. - Ce sera fait, comme vous l’ordonnez. Pour la Reine ! - Pour la Reine !

Ils se séparèrent tandis que Bremmen restait stupéfait. Qu’est-ce qu’ils prévoyaient ? D’où venaient-ils ? Qui étaient-ils ? Il y avait tant de questions auxquelles il n’avait pas la réponse. Il nota tout ce qu’il avait entendu, sa position, et l’endroit que l’un des Matis avait désigné en parlant de l’avant poste. Tout cela pouvait être important, si seulement il savait à qui en parler... Il attendit encore un peu afin d’être sûr de ne pas se faire repérer en sortant de son buisson, et se mit à courir tout droit vers le vortex, plus vite qu’il ne l’avait jamais fait, pour s’entretenir avec Derren.

La fin du trajet lui prit encore une journée entière, mais il parvint auprès de l’éclaireur bien plus tôt qu’il ne l’avait espéré.

- Salut Derren !

- Salut Bremmen ! Alors, tu as rencontré les Cuzans ?

- Oui, j’ai tout consigné sur ce parchemin.

Bremmen remit ses notes à Derren et enchaîna tandis qu’il commença à les parcourir :

- Mais j’ai d’autres nouvelles : j’ai entendu quelques Matis parler d’envahir un avant poste dans les Lagons de la Loria.

- Quoi ? dit Derren en délaissant le parchemin pour notre jeune Tryker. Dis m’en plus.

- J’ai tout consigné là. J’ai pensé que ça pourrait intéresser quelqu’un...

- En effet. Les Corsaires seront intéressés ! Mais moi je dois rester ici. Cours auprès de Codgan et donne-lui autant de détails que possible.

- L’hôte d’accueil ?

- Non, Codgan Ba’Nakry, notre chef. Allez ! File !

Bremmen quitta l’éclaireur rapidement, et se dirigea vers le camp des Corsaires l’estomac noué non par la faim, mais parce qu’il réalisait que tout allait dépendre de sa vitesse

Histoire d'un jeune Corsaire - quatrième partie

Also available in: HTML TXT