La légende du Yubo Fantôme

Voici l'histoire du Yubo Fantôme.

Il y a longtemps, très longtemps, très très longtemps, les yubos n'étaient pas aussi faibles qu'aujourd'hui. C'étaient des petites (parfois pas tant que ça) boules de furie si on les mettait en colère. Leur urine était si forte qu'elle pouvait ronger vos chaussures et y faire des trous.

Mais rien n'était si fort que les homins ne puissent l'abattre et l'utiliser comme nourriture ou pour fabriquer des outils ou ustensiles. C'était dans les anciens temps, sur les Anciennes Terres.

Puis avec le temps, les yubos devinrent plus faibles, et de plus en plus d'homins s'en servaient simplement comme cibles d'entrainement, ne dépeçant plus leurs carcasses pour en tirer des matériaux comme ils faisaient avant. Les charognes de Yubo furent laissées à pourrir.

Un jour, durant Anlor Winn, le vent maléfique vint sur un yubo mourant et le remplit de malfaisance. Le yubo se dressa, en tant que simple squelette, et s'enfuit dans la direction d'où provenait le vent, le monde des esprits, et y entra.

La fois suivante où l'Anlor Winn souffla, le petit yubo fantôme revint dans le monde, prit la chair des cadavres de yubos terrassés et se renforça, puis retourna dans le monde des esprits.

A chaque Anlor Winn, le Yubo Fantôme pouvait rajouter plus de chair sur ses os. Avec le temps, il devint de plus en plus fort, de plus en plus grand, mais ses os étaient toujours visibles à travers la chair.

Finalement, sa puissance devint si grande qu'il pouvait faire en sorte que les autres yubos lui ressemblent quand l'Anlor Winn soufflait. Vous avez tous pu le constater.

Parfois il envoie des rejetons, petites copies de lui-même, pour rassembler les autres yubos et les amener au Yubo Fantôme, qui les absorbera dans son être afin de grandir encore.

Parfois ces rejetons attaquent les autres créatures, et même les homins !

Quand vient la saison de l'Anlor Winn, gare aux yubos ! Le Yubo Fantôme est là, dehors ... aux aguets.

Légende racontée par un Vieux Tryker lors de la Veillée aux Contes d'Anlor Winn, au 3e CA de l'année de Jena 2575

Also available in: HTML TXT