Les suivants – deuxième partie

« Voilà, finalement la dernière fixation est en place. » dit Chao-Li tout en essuyant la sueur de son front.
« Bien, pour le toit au moins... » Répondit Feier'an en souriant vers son grand ami Chao-Li.

Le chaud soleil s'était lentement déplacé à travers le ciel, poursuivi par une planète étrange dont les anneaux miroitent pendant que les rayons du soleil brillent à travers eux. Cela avait coûté un peu de patience et beaucoup de travail rendu encore plus dur par ce soleil qui ne laissait pas un instant de répit, mais finalement ça y était, enfin la structure de base était posée, fermement ancrée au sol.
Le toit était également terminé, fini le soleil et ses rayons impitoyables, fini également de se faire tremper par une averse passagère.

Mais il restait tout de même encore un peu de travail, notamment au niveau du plancher et des mangeoires. L’objectif était presque atteint, une belle étable se dressait déjà là où quelques jours auparavant il n’y avait que quelques arbres. La nuit approchant, les bêtes de somme se rapprochèrent de leurs maîtres et humèrent le bac d’eau fraîche placée à leur intention, grognant de plaisir à la vue de Feier’an qui leur apportait une botte de fourrage.

« Beau travail ! » s’exclama Naom'Chi en s’avançant vers les deux amis, tenant à la main un plateau et deux grands verres. Elle était accompagnée de Nih'na et de Feuor, chacun ayant déjà un verre, de taille plus modeste, à la main.
« Voila quelques rafraîchissements ! » dit-elle en leur présentant le plateau.
« Mmm une boisson qui revigore et qui remplit de nouveau d’énergie ! Je devine assez facilement que nous devons remercier les Fyros de cette excellente cuvée. » Avec un rire il avala une belle lampée du breuvage ambré.
« Oui effectivement, il est très réussi, très beau mélange » concéda Chao-Li en le goûtant à son tour.
« Papa je peux en avoir ?? » demanda le jeune Feuor, ayant vu son père se délecter de cette étrange boisson.
« Bien sur que tu peux » répondit Feier'an.
« J‘ai toujours su que les trykers étaient particulièrement épris de libertés et de libres choix, mais jusqu’ici ? ». Le grand Zorai était interloqué.
« Quand tu seras plus âgé mon fils ! Pour l’instant ceci est pour moi et pour Chao-Li. »
« Papaaaaaaaaaaaaa » Chao-Li sourit en regardant le jeune tryker la mine déconfite.
« Vous comprendrez bientôt, mais pour l’instant finissez déjà vos verres, tout ce qu’il vous faut est dedans ». Saisissant rapidement Feuor, il le souleva sans peine au dessus de sa tête.
« Tu ne veux pas devenir aussi fort que ton père dis moi ? »

Feuor, ayant retrouvé le sol, secoua rapidement la tête en engloutissant son verre.
Mais Limeh les rejoignait déjà, un sac à la main. Dans celui-ci, elle avait soigneusement emballé le pain et divers ingrédients, le parfait nécessaire pour se préparer des sandwichs. Il était temps de célébrer les finitions de ce troisième bâtiment construit ici, sur l’endroit qu’ils avaient choisi. Les deux premiers étaient bien sûr leurs maisons, mais les bêtes avaient également la leur maintenant !

Après qu’ils se soient rencontrés et liés d’amitié dans la caverne, ils avaient choisi de voyager ensemble, à la recherche du lieu idéal pour les accueillir. Errant parmi les terres, ils avaient fini par découvrir ce petit bout de terrain idéal, à deux pas d’une petite ville. A proximité, sur une petite montagne, les matériaux abondaient et la proche rivière était également très généreuse avec eux. De sympathiques homins les avaient gentiment accueillis, le temps pour ces voyageurs de s’installer et de construire leurs habitations.

Chacun avait apporté sa pierre et Chao-Li et Feier'an avaient trouvé un emploi pour payer outils et matériaux. Après leurs journées de travail ils se remettaient immédiatement à l’ouvrage sur les chantiers, chassant aux alentours pour récolter les matières animales et éloigner les prédateurs, tout en gardant un peu de temps pour la prospection minière, certaines matières de bonnes qualités affleurant au sol. Les matières récoltées étaient ensuite travaillées et mises en formes par Naom'Chi et Limeh. Naom'Chi était très habile dans la fabrication des bijoux de toutes les sortes tandis que Limeh travaillait à son ouvrage d'armure.

Cela leur avait pris un certain temps, mais voyant déjà la première maison se terminer, ils furent remotivés pour continuer la construction. En attendant le second logement ils cohabitèrent tous un temps dans le premier. Ça avait été pour eux un vrai plaisir, une découverte du logement en commun, à plus forte raison qu’ils n’auraient jamais imaginé partager ça quelques mois auparavant.

« Ah oui décidément voila une très bonne boisson » indiqua Feier'an en reposant son verre vide sur le plateau, déjà un sandwich dans l’autre main.

Chao-Li dégustait toujours et répondit à peine, les yeux mi-clos.

« Tu as remarqué comme les animaux semblent apprécier tous les efforts que nous faisons pour eux ? » dit Feier’an, en observant la construction et les animaux installés.

Ça avait été un grand soulagement le jour où ils avaient enfin pu se payer ces mektoubs de bât. Les transports des matériaux avaient été tellement plus faciles, alors que, rumeur aidant, Limeh et Naom'Chi se faisaient un nom pour la qualité de leurs ouvrages, les commandes se multipliant et associant souvent les deux homines pour des achats complets armures et bijouterie.

Nih'na et Feuor avaient également travaillé dur pour aider leurs mères ; leur remettant des matériaux, rangeant les travaux neufs dans la réserve, présentant les ouvrages aux clients.

« Comment était votre travail aujourd’hui ? » demanda Chao-Li à son épouse.
« Il était très réussi ; il semble que de longues heures de travail et de concentration aient donné de superbes résultats ! » répondit la Zorai
« Oui, très réussi, j'en ai même encore usé mes outils, il ne faut pas que j’oublie d’aller en acheter en ville demain. » ajouta Limeh précédant ainsi la question de Feier'an.
« Haha, encore ? Mais combien de fois est-ce que cela t’es arrivé cette semaine ? » lui demanda-t-il un grand sourire aux lèvres.
« Soyez chanceux que nos créations se vendent aussi bien, cela vous permet de racheter sans cesse de nouvelles matières ! » Limeh ponctua sa phrase en tirant la langue à son conjoint, tout en lui pinçant le bras.
« Aïe mais non je n’ai pas mérité ça ! » Feier’an riait déjà aux éclats.

Chao-Li souriait en terminant son verre
« Ces trykers ne sont que joie et amusement. Jamais je n’aurai imaginé avoir une vie telle que celle que nous construisons aujourd’hui » pensa-t-il, en regardant sa famille et ses amis.
« Quelle belle vie! »

Les suivants – troisième partie

Also available in: HTML TXT