Crépuscule sanglant

Le rendez-vous serait dans le Nexus, et c'est sans grande hésitation que se formèrent les colonnes d'Homins. Leurs alliés, Karavan ou Kamis, les appelaient pour retrouver l'artefact... mais quel était cet artefact tant désiré, quel était-il exactement ?

C'est légèrement tremblant que j'ai suivi mes compagnons, l'impression d'être seul malgré ce monde. Ils étaient souriants pour la plupart, comme s'ils ignoraient où ils se rendaient... pourtant rien ne nous était caché, seuls les Kitins nous accueilleraient ; et tout ça pour quelle raison ? L'aide était nécessaire, mais nul ne savait pour quelle raison il donnerait peut-être sa vie.

Nous y sommes allés, hache sur l'épaule, fiers de défendre notre cause. Ma première grande bataille ! Nous rejoignions le camp levé pour nous préparer, affrontant déjà quelques patrouilles Kitins. Les premiers instants furent heureux, renforçant nos convictions ! Les Kitins semblaient étranges, je ne suis pas expert mais ils semblaient... différents. Un peu comme hypnotisés, sans doute l'attraction de ce que nous étions venus chercher, un don des Kamis disaient certains... enfin peu importe.

La rumeur bien vite s'est levée, les échos de la Karavan se faisaient sentir au loin, eux aussi étaient sur place et il nous fallait nous presser. Les rangs à peine formés nous partions vers les lueurs lointaines, vers ce que certains désignaient comme le centre du Nexus. L'avancée me parut plus facile que je ne l'imaginais, sans doute le nombre de guerriers expérimentés à mes cotés... la peur peu à peu me quittait, et mes coups se faisaient plus précis, voir mortels. Je me surpris même à charger seul, un peu trop téméraire sans doute puisque sans le soutien des anciens je ne serais pas ici pour l'expliquer ; mais je crois que c'est en cet instant qu'ils m'acceptèrent... je n'étais plus l'un de ceux qui suivaient, j'étais l'un des leurs.

Le combat se faisait long, la rage avait pris le pas désormais sur les autres sentiments... jusqu'à ce que nous apercevions cet étrange Kitin. Ses couleurs étaient flamboyantes, et s'il n'avait apporté autant de mort dans nos rangs je pense que je l'aurai pensé beau. Il était bien plus grand que les autres, et bien plus puissant aussi. Ses cris assourdissaient ceux qui ne prenaient garde, attirant à nous les patrouilles voisines... l'on combattait, sans relâche, mais la peine était vaine : la défaite s'annonçait, les miens sombrant les uns après les autres.

Je n'ai compris comment je me suis éveillé ici, en sûreté. Un don d'Atys sans nul doute, encore une fois les Kamis nous avaient sauvés. L'amer goût de la défaite m'envahissait lorsque j'apprenais que ces traîtres à Atys, ces gens de la Karavan, avaient découvert l'artefact et l'avaient emporté... tant d'actes pour rien, de morts, de blessés.

La nuit fut sanglante, une course contre la mort dont trop peu revenaient. La victoire était à la Karavan, qui en cet instant volait un bien des Kamis... cela se paiera à l'avenir, et sans doute Atys sera-t-elle la grande perdante. La paix restait le mot d'ordre... mais pour combien de temps avant une guerre ouverte ?

Also available in: HTML TXT