Viero jeune marié matis

Aujourd'hui, notre envoyé spécial s'est entretenu avec un tout jeune époux matis afin d'en apprendre davantage sur les coutumes et pratiques qui entourent la cérémonie du mariage matis.

Salutations Viero, j’ai cru comprendre que vous étiez marié depuis peu et je vous en serais reconnaissant si vous acceptiez de faire partager à nos lecteurs le couronnement de votre vie d’homin.
Volontiers, j’en serai ravi. Mais avant cela je tiens à insister sur ce point : pour nous, Matis, le mariage revêt une double valeur religieuse et civile à prendre très au sérieux. Nous affirmons durant la cérémonie notre dévouement mutuel en tant qu’époux mais aussi notre dévouement à Jena et à notre communauté. Ce n’est donc pas une chose à prendre à la légère.

Effectivement, ce n'est pas rien. Mais avant cela, comment se déroule une relation amoureuse au sein de la société matis ?
Et bien en raison des implications sociales, financières et économiques du mariage, la cour est déjà très formalisée, presque ritualisée. La présence permanente d’un chaperon durant les rencontres en est un exemple.

Un chaperon ? Pourquoi donc ?
Ce système permet à la jeune fille d'envoyer quelqu'un l'excuser si elle ne souhaite pas être vue, ou si elle souhaite tout simplement mettre fin à la relation. Bien sûr, Millera ne l’a jamais fait mais cela peut tout à fait arriver.

Je vois. Et ensuite ?
Très souvent, le prétendant afin de prouver le sérieux de ses intentions, envoie secrètement des bijoux et objets précieux à l’élue de son coeur. C’est d’ailleurs également par l’échange mutuel de biens précieux qu’est rendu publique leur union, lors des fiançailles. Courtiser et finalement se marier est donc coûteux et impensable pour un homin qui ne serait pas bien établi. Les homins jeunes ou de condition modeste sont donc avisés de ne pas entreprendre de se marier tant qu’ils n'ont pas une expérience et des moyens suffisants. J’ai moi même attendu cinq ans avant de pouvoir m’investir dans une relation.

Il faut donc éviter de se tromper d'homine, ça pourrait rapidement être couteux d'en courtiser plusieurs n'est-ce pas ?
Et c'est même un petit jeu auquel se livrent certaines homines, que l'on appelle par conséquent les courtisanes. Mais même si nous trouvons une homine honnête et sincère comme je l'ai fait, il faut être sûr de bien s'entendre avec elle car le divorce est très mal vu. Si toutefois il s'avère indispensable, il peut être prononcé par un notable de la cité après versement d’un demi-million de dappers. Mais nombre de sujets matis préfèrent la séparation au divorce officialisé tant qu’un autre mariage n’est pas envisagé. Et pour cause, un tel incident n’est pas sans conséquences puisqu’on se voit dès lors fréquemment refuser l’accès aux cérémonies officielles et banquets auxquelles seul les couples, qui ont un statut social plus élevé, sont conviés.

Et le mariage en lui-même, comment se déroule-t-il ?
Tout d'abord, le mois dédié aux cérémonies de mariage est traditionnellement le mois d’harvestor, période où nos forets sont riches en ressources. On souhaite ainsi la même prospérité aux jeunes époux. L’union est consacrée un holeth, afin communier avec Jena et prier pour obtenir Sa bénédiction. Le maître de cérémonie est le plus souvent un membre respecté de la société connu dans toutes les cités des sommets verdoyants et lui même marié. Grâce aux relations de ma mère, nous avons été unis par un membre officiel de la cour de la Reine qui vous ne saurez l’ignorer, est un membre éminent de la société matis.

Nous avons envoyé une invitation à tous nos invités afin qu'ils nous honorent de leur présence durant la cérémonie et les festivités qui s’en sont suivi. Bien évidement, nous avons reçu de nombreux présents, sous toutes les formes précieuses existantes hormis les dappers qui seraient vus comme un affront... Ce serait nous donner les moyens de divorcer, ou plus précisément, c'est ainsi que ce geste serait interprété par la plupart d'entre nous.

Et ensuite ?
Ensuite est venu le jour de mariage. Splendide ! La cérémonie s'est déroulée dans le grand salon d’un imposant arbre d’Yrkanis, bien que de nombreux couples très pieux préfèrent généralement les célébrations en plein air, près d’un autel de Jena. Ma Millera a refusé cette requête car elle redoutait d’abîmer sa robe très coûteuse en dehors de la cité. Mes proches arrivèrent à mes cotés en tête de la procession, suivis de ceux de Millera car traditionnellement les futurs époux ne se voient pas avant le sacre. La mariée ne peut être vue que par sa mère, un seul ami et l’un des témoins du futur époux. C’est au témoin qu’il revient de vérifier l’identité de la mariée afin de symboliquement s’assurer qu’il n y a pas eu substitution !

Substitution de la mariée ? Vous plaisantez ?
Pas du tout ! Cette tradition du témoin à pour cause une légende qui raconte qu’un jeune matis mit près de dix ans pour constituer une somme conséquente qu’il remit au père de famille en échange de la main de sa bien-aimée... Somme que le père accepta mais recevant alors une offre supérieure d’un autre prétendant, il aurait substitué à la promise son laideron de sœur cadette le jour du mariage.

Effectivement, je comprends mieux. Mais revenons à votre mariage...
Oui. Les demoiselles d’honneur ont précédé la mariée jusqu'à l'autel où je l'attendais, en face du maître de cérémonie. Après les paroles rituelles, quelques cantiques, nous avons procédé à l’échange des alliances.

Que signifient les alliances pour les Matis ?
C'est le cercle qu'elles forment qui a de l'importance, car il symbolise le soleil, Atys et l’univers tout à la fois. C’est aussi le symbole de la Sainteté de Jena, de la perfection et de la paix qui lie notre mariage avec notre Déesse. Notre vœu échangé devant Elle fait de la cérémonie un jour solennel et empreint de foi. Croyez moi, vous pouvez alors sentir à cet instant la bénédiction de Jena emplir vos cœurs d’une émotion sans mesure.

*sourit) Et après la cérémonie alors ?
Après la cérémonie viennent les festivités ! Les nôtres ont été richement animées et ont duré toute la nuit. Nous les avons entamées, transportés par la joie de notre union récente, par la traditionnelle danse en formant le cercle en l’honneur de Jena, puis nous avons convié les invités au banquet qu'ils ont gaiement assailli. Je crois même que certains ont eu une journée difficile, le lendemain au réveil !

Hé bien ! Encore merci pour cette description très touchante d’un jour cher à votre coeur et celui de tous les membres de la société matis qui décident de s’unir dans la foi et l’amour. Merci, Viero, je vous souhaite une vie longue et prospère aux côtés de votre épouse.

Also available in: HTML TXT